REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires pour assurer l'authentification des internautes, mais également pour réaliser des statistiques de visites

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

J'ai compris
soirée-1.jpg
artistes-bryards-1.jpg
guitry.jpg

 Cliquez sur l'image pour agrandir

Château Lorenz
Il fut construit en 1867 pour Pierre-Émile Lemoine, fabricant de bijoux de deuil, et son épouse. En 1899, il fut acheté par un riche Allemand ayant fait fortune dans le commerce de perles fines, Christian Lorenz (1853-1919), naturalisé français en 1908. La commune en devint propriétaire en 1925. Il est actuellement le siège d'associations dont celle pour les seniors : « le Rayon de Soleil Bryard".
Château de Bry-sur-Marne
Construit au XVIIIe par l'architecte François II Franque, à la demande d'Etienne de Silhouette. En 1803, le Prince dTalleyrand, ministre des relations extérieures de Napoléon 1er, devient locataire du château pendant 7 années. Le Baron Louis, ministre des Finances sous la Restauration et sous Louis-Philippe, achète la propriété en 1816. A sa mort en 1837, il la lègue à sa nièce Geneviève de Rigny qui y décède en 1857. Le château fut en partie détruit par l'artillerie française en 1870. En 1925, après restauration dans son aspect primitif du XVIIIe, la congrégation des Dames de Saint Thomas de Villeneuve rachète la propriété et transforme le bâtiment en groupe scolaire privé.
Église paroissiale Saint Gervais - Saint Protais
Attestée pour la 1ère fois au début du XIIIe siècle, l'église n'était à l'origine qu'une simple chapelle privée dépendante des seigneurs de Bry, qui avaient coutume de s'y faire inhumer. Ruinée au cours des guerres de religion, elle fut reconstruite en 1610 et bénie en 1617 en présence de l'évêque de Mâcon, Gaspard Dinet. En 1706, le territoire de Bry fut distrait du territoire paroissial de Noisy-le-Grand, dont il dépendait depuis des siècles, pour former une paroisse autonome. L'église, devenue paroissiale à cette date, fut agrandie au XVIIIe siècle. Lors de rénovations en 1842, Daguerre inaugura son diorama placé dans le chœur et qu'il avait peint sur place.
L'Espace JORON
Le Musée Adrien Mentienne dispose depuis 2010 de "l'Espace JORON", suite à une donation faite à la ville par Mle Marie-Louise JORON, fille du peintre Maurice Joron (1883-1937), riche de plus de 150 peintures et dessins. Cet espace a été aménagé dans l'ancienne ferme des JACTARD, grands-parents maternels du peintre. (L'Office de Tourisme dispose de ses bureaux dans cet ensemble rénové).
Hôtel de Malestroit
Au XVe siècle, ce manoir fut la résidence de Jean de Malestroit, évêque de Nantes et Grand Chancelier de Bretagne. Après maintes reconstructions et restaurations, l'Hôtel de Malestroit a été racheté par la ville en 1974. Il est aujourd'hui le siège de l'école municipale de musique et abrite l'association « Office Culturel de Bry ». A l'angle de sa façade, se trouvent la colonne provenant des Tuileries incendiées en 1870 et la fontaine au lion dont la vasque est la cuve XVIIe siècle des fonts baptismaux de l'église.
L’Hôtel de Ville
A la mort de Mademoiselle de Rigny, en 1857, la ville hérita de 10 000 F, ce qui donna à la municipalité les moyens de réaliser son projet de construction d'une mairie. Celle-ci fut construite entre 1864 et 1866 et abritait alors l'école des garçons et des filles. Endommagée en 1870, elle subit des remaniements en 1894 et 1900 lui conférant son aspect actuel. Quelques années avant la seconde guerre mondiale, les écoles furent transférées au groupe scolaire Henri Cahn nouvellement construit. L'Hôtel de Ville accueille au premier étage un espace musée. En 2009, débutent des travaux de rénovation, transformation et agrandissement qui se poursuivent en 2010. Un bâtiment administratif nouveau s'ajoute alors à l'Hôtel de Ville.
La Marne histoire
Bry longe la Marne, en rive gauche, sur 3,5 km, entre Noisy le Grand et Champigny. Le courant de cette rivière qui fut parfois violent a entraîné la formation et la disparition d'îles. Il n'en reste plus aujourd'hui que 2 sur le territoire de la commune : « l'Île d'Amour» et « l'Île du Moulin », qui possédaient des endroits protégés facilitant la pêche et un moulin à farine, disparu au XIXème siècle.
La Marne Aujourd'hui
Avec ses aménagements effectués dans les années 1990, les bords de Marne sont un lieu de promenade recherché.
Monuments de la guerre de 1870
Bry-Champigny-Villiers furent parmi les derniers champs de bataille en décembre 1870 avant la capitulation de Paris. La commune compte un ossuaire et trois monuments: l'un à la gloire de Charles Louis Podenas, capitaine, mort à la tête d'une compagnie du 4ème Zouaves ; un autre est dédié à Léon Franchetti, commandant des Éclaireurs de la Seine ; le dernier rappelle les faits d'armes du Sergent Hoff, considéré à l'époque comme héros national et qui a fini sa vie en tant que gardien de l'Arc de Triomphe.
La passerelle
Dans le but de rendre plus faciles les relations entre la partie nord de Bry et Le Perreux, une passerelle fut construite en 1893-94. Réalisé par les ateliers de Gustave EIFFEL, c'est un ouvrage métallique de 80m de long reposant sur 2 piles en rivière. La passerelle fut surélevée en 1917 pour augmenter le tirant d'eau. Réservée aux piétons, elle a été rétrocédée aux 2 communes de Bry et du Perreux en 2007.
La rotonde
Elle faisait partie du parc du Château Lorenz. Bien que son style fasse penser au XVIIIème siècle, elle fut construite vers 1900. Avec ses deux galeries à colonnes de part et d'autre d'une rotonde, elle forme un ensemble architectural harmonieux dans le square de Lattre de Tassigny.
Hôpital Saint Camille
Décidé par les Camilliens, ordre religieux fondé au XVIème siècle, l'hôpital catholique ouvre en 1952. Agrandi en 1963, puis en 2003, doté des équipements les plus modernes, il a vocation d'hôpital intercommunal. Sa capacité d'accueil est de 282 lits répartis sur 3 bâtiments.